Les débuts de l’alphabétisation

Il existe de nombreuses façons pour les enfants d’établir des liens avec l’écriture et la lecture. Cet article explore l’éventail et la diversité des expériences chez les jeunes enfants et suggère qu’il existe de nombreuses façons pour les enfants d’établir des liens avec l’écriture et la lecture, et de nombreuses voies vers l’alphabétisation.


L’alphabétisation commence souvent tôt, bien avant que les enfants ne reçoivent une instruction scolaire formelle en écriture et en lecture. L’alphabétisation elle-même n’est pas facile à définir, et il y a de nombreux différends et questions non résolues sur la façon dont l’alphabétisation se développe. L’idée que l’écriture et la lecture sont des moyens de créer, d’interpréter et de communiquer un sens est au cœur de nombreuses discussions récentes sur l’alphabétisation. La lecture est définie comme la capacité de  » tirer un sens de l’écrit  » et l’écriture comme la capacité d’utiliser l’écrit pour communiquer avec les autres. Selon ces définitions, la lecture et l’écriture sont plus qu’un simple décodage et codage de l’imprimé : ce sont des moyens de construire et de transmettre le sens par le langage écrit. L’alphabétisation est donc un phénomène aux multiples facettes qui implique plus que l’apprentissage d’un ensemble de compétences techniques (comme l’apprentissage de l’alphabet, l’apprentissage de la façon de former les lettres et d’épeler les mots et d’apprendre à décoder les caractères imprimés) qui sont généralement enseignées au primaire ; devenir alphabète comprend également la maîtrise d’un ensemble complexe de connaissances, attitudes, attentes et comportements, ainsi que des compétences spécifiques liées au langage écrit.

Beaucoup de jeunes enfants commencent à apprendre à écrire et à lire bien avant d’entrer à l’école primaire. Cependant, leurs activités d’alphabétisation précoces peuvent sembler très différentes des formes d’écriture et de lecture plus matures et conventionnelles. Par exemple, une fin de semaine, Jennifer, qui venait d’avoir deux ans, est allée avec son père rendre visite à sa grand-mère à la campagne. Sa grand-mère a lu un livre d’histoires sur un jeune lion qui rêve d’aller chasser dans les bois. Environ une heure plus tard, Jennifer, qui jouait dehors, appela son père : « J’ai lu un livre, papa. » Elle avait cueilli deux grandes feuilles qu’elle tenait maintenant, l’une couchée à plat sur la paume de chaque main. Elle et son père se sont assis sur les marches, côte à côte, et Jennifer a commencé à « lire » son « livre » dans ce que sa grand-mère a décrit comme une « voix dramatique », qui ressemblait beaucoup à la lecture : « Et un gros ours (pause) entra dans les bois et elle poursuivit un gros lion (pause) et elle attrapa un gros lion. » Après une autre pause, son père dit : « Et ensuite, qu’a fait l’ours ? » Jennifer répondit : « Puis le grand ours est rentré chez sa maman. »

En faisant semblant de lire, Jennifer dit clairement qu’elle s’intéresse à la lecture et aux histoires. Elle ne sait pas encore lire (ou écrire) dans un sens conventionnel, mais elle prétend savoir. Jouer avec la lecture est une façon pour elle d’apprendre le langage écrit et de savoir comment il peut être utilisé. Cette anecdote montre aussi à quel point Jennifer est déjà familière avec la lecture – deux feuilles peuvent lui servir de « texte » et elle peut inventer une histoire simple mais cohérente et la raconter d’une voix qui imite exactement une intonation de lecture. Et cela indique que Jennifer trouve la lecture intéressante et agréable – ainsi qu’une bonne façon d’attirer l’attention de son père.

Il existe de nombreuses façons pour les enfants d’établir des liens avec l’écriture et la lecture. L’écriture et la lecture peuvent entrer dans la vie des jeunes enfants de diverses façons. Les premières expériences d’alphabétisation peuvent être initiées par l’enfant ou par d’autres personnes, elles peuvent être ludiques ou professionnelles, et peuvent se dérouler à la maison, dans le quartier ou dans des milieux communautaires comme les écoles maternelles, les garderies. Les premières expériences d’alphabétisation peuvent inclure faire semblant d’écrire et de lire des histoires et des poèmes, écrire une lettre de remerciement à une grand-mère éloignée, recevoir des instructions sur la façon de former les lettres d’un nom, écouter une histoire qui se lit à haute voix. L’éventail et la diversité des expériences de littératie en bas âge suggère qu’il existe de nombreuses façons pour les enfants d’établir des liens avec l’écriture et la lecture, et de nombreuses voies vers la littératie.

Le développement de l’alphabétisation commence souvent dès le plus jeune âge par des activités : la parole, le jeu et des histoires, le gribouillage et le dessin, la lecture et l’écriture feintes. Entre 1 et 5 ans, les enfants apprennent à utiliser les symboles qu’ils s’inventent eux-mêmes et ceux « donnés par la culture ». L’utilisation de symboles – qui peuvent inclure des mots, des gestes, des marques sur papier, des objets modelés dans de l’argile, et ainsi de suite – permet de représenter des expériences, des sentiments et des idées. Les symboles permettent aussi aux enfants d’aller au-delà de l’immédiat, ici et maintenant, et de créer des mondes imaginaires. C’est ce qu’ils font lorsqu’ils parlent d’intrigues dans des livres d’histoires, lorsqu’ils inventent des histoires, lorsqu’ils font semblant de jouer, lorsqu’ils dessinent des images sur papier et plus tard lorsqu’ils lisent des livres et écrivent des histoires. Lorsque les enfants commencent à expérimenter l’écriture et la lecture, souvent de façon ludique, ils peuvent découvrir qu’ils peuvent utiliser ces nouveaux modes symboliques de la même façon que les formes symboliques qu’ils ont utilisées auparavant – de sorte que parler, dessiner et jouer peuvent servir de  » ponts  » à l’alphabétisation, car les enfants découvrent que l’écriture et la lecture leur offrent des ressources nouvelles et intéressantes pour construire et communiquer une signification.

Laisser un commentaire